04 mars 2008

Le Caire, La Nuit

Cette nuit, je me sentis étonné de tout
Tout me paraissait étrangement nouveau
La nuit était froide, l'appartement aussi
Il était plutôt tard, cette heure du soir
où tout devient lent, où la tête est lourde
Ce moment où les écouteurs font mal aux oreilles
où la musique fait vibrer la nuque et tout le cou
jusqu'aux épaules engourdies.

Tout le Caire s'étendait devant ma fenêtre
Tous les soirs je l'observais
Mais
Ce soir
C'était différent

L'air froid, les lumières éparses
le souffle haletant de mon climatiseur mourant
Je ne sais pas
Je regardais le Caire respirait alors que moi
j'avais du mal à le faire
Je regardais le Caire dormir alors que moi
je ne pouvais pas le faire

Cela faisait plus de trois nuits
que la maladie m'empêchait d'errer dans les rues du Caire
Mon habitude insomniaque était devenue indispensable
Cela faisait plus de trois nuits
que je n'avais pas arpenté les ponts
que je n'avais pas sorti, fébrilement, mon paquet de cigarette
la seule pauvre chose fébrile, maintenant, était mon corps

Je ne saurais dire ce qui m'émerveille le plus
le Caire, la nuit, la musique, les bruits
grand peureux que je suis, le mélange des quatre
me fait battre le cœur, comme si j'embrassais
pour la première fois
Je suis bien obligé d'embrasser le Caire
au moins, c'est toutes les nuits une première fois

Savez-vous à quel point c'est agréable
de s'avachir sur le pont Qasr al-Nîl à 3h du matin ?
de fermer les yeux, de respirer
d'être dans un calme absolu
d'entendre le vent caresser
doucement
la surface du Nil

D'ouvrir les yeux d'un coup
d'être ébloui par les lumières
d'être ébahi par ces lions de bronze
d'être envahi par cet air si spécial
d'être alangui par la sensualité du moment

Quel cliché, pourrait-on penser
je préfère y être, que le regarder sur mon écran

Cette nuit, tout me parait différent
Cela fait trop longtemps que je n'ai embrassé personne
Je regarde le Caire, il regarde ailleurs
Mon corps est faible, mon cou porte à peine ma tête
La rue me manque
L'amitié me manque
L'amour me manque
Cela fait trop longtemps, qu'en descendant le matin dans l'ascenseur
Je ne me suis pas souri en me regardant dans le miroir.

moqattamsunrise

Posté par artsdetaire à 00:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le Caire, La Nuit

Nouveau commentaire